Qu’est-ce que la médecine prophétique ?

La médecine prophétique est l’ensemble de ce qui a été confirmé (de manière authentique) comme étant rapporté du prophète ﷺ, ayant un lien avec la médecine, que cela soit un verset coranique ou des ahadith prophétiques nobles.

Les textes se rapportant à la médecine sont une vérité, on ne peut les rejeter.

Les textes du coran et ceux rapportés de manière authentique d’après le prophète  ont une grande valeur pour les musulmans car ils sont issus de la révélation divine véridique et parfaite, et donc, dénués d’erreur. Cela implique que les orientations du prophète dans le domaine de la médecine sont véridiques.

Cheykh Al-Albani – rahimahou Allah – a dit :

« Ce qui fait partie de la médecine prophétique étant associé à sa parole (du prophète) ‘alayhi As-Salam, il n’y pas de doute sur le fait que cela fasse partie de la révélation, et le musulman n’a pas le choix (si ce n’est d’accepter) cela, comme sa parole ‘alayhi As-Salam : « La graine de nigelle est une guérison contre tout mal ». Ceci est une parole concernant une chose invisible, le Messager ‘alayhi As-Salam ne peut en parler qu’avec une révélation venant du ciel. C’est pour cela qu’on ne peut pas rejeter ce qui est équivalent à ce hadith, comme le font certains médecins aujourd’hui. Et parmi les plus grands problèmes dans lesquels sont tombés certains médecins, le fait qu’ils aient rejeté le hadith de la mouche : « Si la mouche tombe dans le récipient de l’un de vous, qu’il la plonge puis la sorte, car une de ses ailes contient un mal et l’autre un remède ».

Et dans certaines versions quand elle tombe, elle tombe sur l’aile contenant le mal. Alors ils disent (certains médecins) : ce sont des choses que le messager a appris des arabes. Ceci est une erreur car le hadith parle de choses très précises. La personne musulmane censée ne peut se lancer dans des conjectures sur l’invisible, alors comment imaginer que le messager parle de telles précisions concernant ce petit animal, par suivi aveugle de la « Jahiliyya » (période avant la révélation au prophète !… »

 

Ceci étant dit, la mise en pratique de cette médecine nécessite de la science et des recherches, pour préciser la posologie, le moment d’utilisation, les indications, et même parfois les contreindications. Si ces remèdes sont prescrits avec science ils n’ont pas d’effet secondaire, mais la propagation de l’ignorance dans tous les domaines à causé beaucoup de mal, surtout aux malades mais aussi à la vision que les gens ont de la médecine prophétique.

Les notions d’indication, de posologie, etc. ont été déduite par Ibn Al-Qayyim – rahimahou Allah – dans son livre « Zad Al-Ma’ad » à partir du hadith de celui qui était touché par une diarrhée, le prophète dit à son frère à trois reprise de lui donner du miel [Hadith rapporté par Al-Boukhari 5684 Mouslim 2217]. Ibn Al-Qayyim – rahimahou Allah – dit en conclusion : « le fait de considérer les doses des remèdes, la façon de les appliquer, la force de la maladie et du malade fait partie des plus grandes règles de la médecine.

Cheykh Mouqbil Al-Wadi’i – rahimahou Allah – a dit dans une conférence portant sur la médecine prophétique :
« Donc il convient – O frères – que nous lisions. Et par Allah j’aimerai lire et tirer profit de la médecine, et j’ai d’ailleurs essayé mais je n’ai pas réussi. Quant aux jeunes, ils sont capables, s’il y a de nos jeunes qui ne sont pas affabulateurs. La médecine arabe -même à « Najd » et au « Hijaz » (régions d’Arabie Saoudite) – a peut-être été utilisé par certains d’entre eux pour la magie, la tromperie et l’affabulation. Donc, quel grand besoin nous avons de celui qui étudie les plantes, les aliments, et qui conseille ses frères, les musulmans, dans ce domaine. »6

L’importance de la médecine prophétique et son étude

Pourquoi les savants ont-ils tant écrit concernant la médecine prophétique ?

Les savants de l’islam ont écrit de nombreux ouvrages au sujet de la médecine prophétique.
Ceci du fait :

– du besoin que les gens ont de cette science,

– de la globalité de cette médecine qui prend en charge aussi les maladies du corps que les maladies du cœur,

– de la certitude de cette médecine issue de la révélation,

– de l’absence d’effet secondaire quand la prescription est faite avec connaissance et dans les règles,

– du respect et du renforcement de la croyance de la personne que la médecine prophétique peut causer, et bien d’autres profits

 

Cheykh ‘Abdu Ar-Razzaq Al-Badr – hafidhahou Allah – dit dans son explication du livre sur la médecine prophétique de Diya Ad-Din Al-Maqdisi :
« C’est un sujet sur lequel les prédécesseurs ont beaucoup écrit dans des livres spécifiques à ce sujet, et il a également été intégré dans les livres généraux de base (de recueil de hadith).

On trouve dans beaucoup de livres généraux de la sounna, un chapitre spécifique concernant la médecine prophétique.

Et c’est un sujet auquel les gens de science ont donné une importance primordiale, car la religion et ce qui est rapporté du noble prophète , est venu englobant la médecine des corps et la médecine des cœurs. Il est venu avec ce qui contient une guérison pour les maladies des cœurs avec ses deux types : les ambiguïtés et les passions, et les maladies des corps.

Et celui qui réfléchit sur ce que les gens de science ont rassemblé à ce sujet, dans ce livre ou d’autres, et en particulier le livre AtTibb AnNabawi de l’imam Ibn Al-Qayyim tiré de son livre « Zad Al-Ma’ad », il trouvera que la religion a englobé ce qui contient une guérison pour les corps comme elle a englobé ce qui contient une guérison pour les cœurs.

C’est pour cela qu’il convient au musulman d’avoir une part de connaissance de la médecine prophétique rapporté du prophète , et Allah lui en fera tirer un grand profit.

Et c’est peut-être pour cette raison et Allah est plus savant ; ou pour ce besoin de connaitre la médecine prophétique, que plusieurs (personnes) ont demandé à cet imam diya ad-in al-maqdisi rahimahu llah qu’il écrive un livre regroupant ce qui a été rapporté dans la médecine d’après le prophète salla Allah ‘alayhi wa sallam. »

Cheykh Mouqbil – rahimahou Allah – a dit dans la conférence que l’on a citée plus haut :

« J’ai vu que par la médecine, des choses nous ont touché qui portent atteinte à notre croyance. »

Il dit également :

« Certains contemporains ont écrit des livres. Et on m’a informé qu’en Europe, ils étudient la médecine arabe. Oui, ils étudient la médecine arabe et vous O musulmans ! (Vous) tournez autour des imposteurs, des voyants… »

L’utilisation de la médecine prophétique n’est pas contraire à l’utilisation des autres médecines autorisées.

Les autres formes de médecines sont-elles reniées par les musulmans ?

Plusieurs savants ont intégré dans leurs ouvrages des éléments n’étant pas issus de la révélation, mais ils ont transmis des remèdes issus de la médecine des arabes voir même d’autres civilisations comme les grecques.

Mais ils ont utilisé ces médecines tout en sachant qu’elles étaient critiquables et imparfaites.

Ces médecines étaient présentes à leur époque, ils les ont utilisés car cela constituait une approche pour comprendre les maladies et soigner les malades.

Et la médecine contemporaine, celle de notre époque est aujourd’hui utilisée par les médecins musulmans, et cela ne va pas en contradiction avec la médecine prophétique.

Les savants ont même conseillé aux musulmans d’étudier ces sciences et en particulier la médecine des plantes et la diététique comme on l’a vu plus haut dans les paroles du cheykh Mouqbil AlWadi’i rahimahou Allah.

 

Cheykh Al-Fawzan hafidhahou Allah a dit :

« La médecine prophétique confirmée (authentique) est une vérité et elle est profitable et cela n’empêche pas d’utiliser les remèdes médicaux autorisés, ceci n’empêche pas cela, tu prends ceci et cela. Tout cela fait partie de ce qu’Allah a fait comme guérison, comme a dit (le prophète) :

 

« Allah n’a pas fait descendre de maladie sans faire descendre son remède. Il y en a qui le connaissent et il y en a qui l’ignorent. »8

 

Il a dit  :

« soignez-vous, et ne vous soignez pas avec ce qui est interdit. »

Donc ce qui fait partie de la médecine confirmée, profitable, pas de mal à le prendre en prenant la médecine prophétique, Tout est profitable. »10

Cheykh Mouqbil dit dans sa conférence sur la médecine prophétique :

« Et il y a un livre de grande qualité et c’est peut-être un des livres les plus précieux, il s’agit du livre d’Ibn AlQayyim tiré de son livre « Zad Al-Ma’ad ». Et dans ce livre surnommé « la médecine prophétique », il y a de la médecine prophétique, de la médecine arabe, de la médecine grecque.

 

Mais il faut savoir que ce n’est pas tout ce qu’il y a dans ce livre qui est authentique. Je veux dire que dans le livre, tu vois le fait que tu écrives dans un récipient telle et telle chose puis tu le bois. Ceci est rejeté… » Puis le cheykh évoque le fait que l’on prenne et que l’on rejette de la parole de tout le monde sauf le messager d’Allah , donc les gens de la sounna ne s’accrochent pas de manière fanatique même s’ils aiment la personnne.

UnE SCIENCE QUI NECESSITE UN ENCADREMENT

Pourquoi existe-t-il des formations dans ce domaine ?

Toute pratique aussi sérieuse doit être encadrée par un apprentissage de ses règles de bases.

Le manque de connaissance a, comme on l’a dit plus haut, causé beaucoup de tort : entre ceux qui ont conseillé aux patients de ne plus voir leur médecin, d’arrêter tout traitement médicamenteux sans aucun souci pour les risques encourus, ceux qui ont prétendu faire la rouqya (qui désigne le fait d’invoquer pour la protection du malade) en violentant les patients…

Tout cela est issu d’un manque de science, tant médical et en particulier de la médecine prophétique que religieux.

Beaucoup de choses ont été intégrées à la médecine prophétique sans en faire partie : des ahadith mensongers (textes faussement attribués au prophète ), des textes n’étant même pas des ahadith, des superstitions, du charlatanisme, de la sorcellerie

L’appât du gain a aussi attiré beaucoup d’individus peu soucieux de leur pratique.

Et donc l’enseignement de cette science nécessite des connaissances médicales mais aussi religieuses.

 

C’est pour cela que l’institut de la médecine prophétique a vu le jour, et que les professeurs et en particulier le Pr Akim tentent d’instruire, avec science, les malades et les soignants dans le domaine de la médecine prophétique mais également dans les médecines naturelles profitables comme la phytothérapie, la diététique et d’autres domaines par lesquels tout le monde tirera profit.

Ils témoignent  

L’INSTITUT EN LIGNE

+300 thèmes vus dans l’institut

+2000 élèves dans l’institut

des élèves du monde entier

France 

Algérie
Belgique
Réunion
Suisse
Arabie Saoudite
Tunisie
Maroc
Angleterre
 

+20 membres dans l’équipe

plateforme  accessible 24/24h 7/7j

LIVRES ENSEIGNéS AU SEIN DE L’INSTITUT

Ouvrir chat
💬 Besoin d'aide ?