Certaines personnes prétendent que la médecine prophétique est contre la médecine moderne, qu’elle bannit tout ce qui est chirurgie ou encore l’utilisation des médicaments : ceci est une grave erreur.

En effet, notre imam ibn Al Qayim s’appuyait lui aussi sur les dire des médecins de son temps, et a même cité leur théorie appelée « la théorie des humeurs ». En aucun cas la médecine prophétique est contre la médecine moderne, et le prophète lui-même avait son propre médecin qui était perse.

Le plus important, lors de la maladie, sera de rechercher le remède parmi ceux qu’Allah a créé, et la médecine moderne en fait partie intégrante. Toutefois, on se doit de chercher le traitement qui nuira le moins à notre corps. Par ailleurs, même les médecins modernes sont attachés à la médecine des plantes ou de la diététique, ils ne sont pas contre celles-ci.

En outre, comment peut-on bannir une chose qui vient de notre héritage ? En effet, la chirurgie prend racine chez la médecine de l’Andalousie et de Bagdad. Cependant, chacun est libre de choisir le traitement qui lui convient. La médecine moderne a beaucoup apporté, et notamment dans le domaine de la bactériologie ou de l’anatomie du corps humain. Allah ne nous dit-il pas “Demandez aux gens de science si vous ne savez pas”. ? En effet, les savants ont dit à propos de ce verset que les médecins en faisaient partie.

En outre, la médecine prophétique prend d’abord ses sources dans le coran et la sunna, puis chez nos savants et chez nos médecins musulmans. L’islam nous pousse à consulter un médecin en cas de besoin, à l’image du prophète. En aucun cas l’islam proscrit la médecine moderne et les causes pour se soigner, et la chirurgie en fait partie, puisqu’elle a elle aussi été crée par Allah afin de permettre à l’homme de se soigner.

L’essentiel dans la recherche de remèdes et de traitements est qu’ils soient licites. La médecine prophétique ne va pas à l’encontre de la médecine moderne, et elle encourage même le progrès puisqu’Allah l’a autorisé ; et le prophète dit au sujet de la maladie et des remèdes : «  Allâh n’a pas fait descendre une maladie, sans avoir descendu en même temps son remède » Hadîth authentique (Sahîh) – Authentifié par Cheikh al Albânî dans «as-Silsila as-Sahîha – n°451». De plus, le propre médecin du prophète, AlHarith Ibn Kalada a exercé au Yémen, et au sein d’une académie perse.