Tout d’abord, le prophète ﷺ n’avait pas pour habitude de se contenter d’un seul genre d’aliment, puisque ceci est nuisible à la santé. En effet, si on ne consomme qu’un aliment on faiblit et périt, et si on consomme autre chose la nature ne l’accepte pas ce qui nuit également.

Le prophète mangeait de ce que les habitants de son pays consommaient comme viandes, fruits, pains, dattes et autres. De plus, si un aliment était de nature qui demandait à être coupée et déséquilibrée, le prophète le faisait par un aliment opposé si cela était possible; on peut voir cela dans le fait d’équilibrer la chaleur des dattes fraîches par de la pastèque. Par ailleurs, si son âme n’acceptait pas un aliment, il ne se forçait pas à le manger avec dégoût, ce qui est un grand principe de la santé, puisque le fait de se forcer à manger un aliment avec dégoût sera plus nuisible qu’utile.

Abou Horeira rapporte que le prophète n’a jamais critiqué un plat. S’il en voulait, il en mangeait, sinon il le laissait et n’en mangeait pas. Lorsqu’on lui présenta un lézard grillé il n’en mangea pas, on lui demanda s’il était illicite, il répondu que non, mais que ceci ne se trouvait pas dans son pays et que cela le répugnait. Le prophète respectait donc son habitude et son envie.

Mais encore, le prophète aimait la viande, et sa partie préférée était l’épaule, et la partie avant de l’agneau. C’est pour cela qu’on lui mit du poison dans une épaule.

Ibn AlQayim dit que manger de l’épaule et du coup d’agneau a une grande utilité, un grand effet sur les forces, une absence de lourdeur et une rapidité de digestion; la consommation minime de ce type d’aliment est meilleure que la plus grande consommation d’autres aliments.

La viande le miel et les aliments sucrés sont utiles au corps, au foie, et aux membres. S’en nourrir est d’une grande utilité dans la préservation de la santé et de la force.

Le prophète ﷺ mangeait le pain avec les plats en sauce et parfois avec la viande, et il disait « c’est le maître de la nourriture des gens de ce bas-monde et de l’au de là. Parfois, il le mangeait aussi avec de la pastèque ou des dattes. Un jour, il mit une datte dans un morceau de pain d’orge et dit « ceci est le condiment de cet autre ». D’après la science de la diététique, cela nous montre que le prophète avait une certaine gestion de son alimentation, car le pain d’orge est froid et sec alors que la datte est chaude et humide. D’après le plus juste des avis, prendre la datte avec le pain d’orge est l’un des meilleurs arrangements, comme le faisaient les habitants de médina; et parfois ils en mangeaient avec du vinaigre et disaient « quel bon condiment est le vinaigre ». C’est un éloge qui correspondait à la situation présente et non une préférence par rapport à d’autres comme le pensent les ignorants. L’essentiel est que consommer du pain avec un condiment compte parmi les moyens de préservation de la santé.

Par ailleurs, le prophète mangeait des fruits de son pays en leur saison et ne s’en privait pas, ceci fait également partie des plus grands moyens de préserver la santé. En effet, Allah par sa sagesse a créé dans chaque pays les fruits qui sont utiles à ses habitants pendant leurs saisons. Ainsi, leur consommation est une cause de préservation de la santé, et dispense de nombreux remèdes. De plus, rares sont ceux qui s’abstiennent de consommer les fruits de leur pays par peur de la maladie sans qu’ils ne soient parmi les corps les plus malades et les plus éloignés de la santé et de la force. Les fruits contiennent de l’humidité, la chaleur de la saison, et de la terre et la chaleur de l’estomac les consument et éloigne leurs maux. Si on n’exagère pas dans leur consommation, qu’on ne charge pas la nature de ce qu’elle ne peut supporter, qu’on ne boit pas d’eau ensuite, qu’on ne prend pas le repas après un aliment sucré, car cela provoque souvent la constipation, qu’on consomme ces fruits au bon moment de la manière qu’il faut cela sera pour la personne un remède efficace.

.