Il est possible de ne pas sentir très bien après une Hijâma.


Celle-ci occasionne une baisse de la tension artérielle, ainsi qu’une baisse du taux de sucre dans le sang.


Et certaines personnes réagissent plus ou moins bien à ce phénomène.
De plus les produits laitiers consommés après la hijâma peuvent occasionner des nausées et vomissements.


L’envie de dormir est quelque chose de normal, car une hijâma cela fatigue et le corps sécrète certaines hormones au décours de la hijâma (endorphines, adénosine, enképhalines…) qui sont des hormones antidouleur et antistress.

Certaines personnes peuvent même connaître une période de fièvre.

Si ces effets persistent au-delà de 48h après la séance, consultez un médecin.

La quantité de sang extraite n’est en aucun cas un signe de hijâma profitable, “réussie” ou autre.


La quantité de sang variera d’une personne à l’autre et des fois, pour une même personne d’une séance à l’autre en fonction de :


-La période du mois lunaire (le sang est agité par l’activité lunaire et son influence est la plus forte entre le 16 et le 23 du mois lunaire avec 3 jours recommandés par le Prophète


-L’état de fatigue de la personne.


-Sa corpulence (présence ou pas de graisse entre la peau et les muscles).


-La température de la pièce où l’on pratique la hijâma.


-La peur.


-Le patient a-t-il bien respecté le temps où il ne doit pas manger avant la hijâma etc.