Dans son livre, l’imam Ibn AlQayim a évoqué dans cinq chapitres des dattes différentes.

La première qu’il a évoquée c’est la datte verte (« albalah »). Aïcha rapporte que le messager d’Allah a dit: « Mangez des dattes vertes avec des dattes ( « tamr ») car lorsque satan voit le fils d’Adam manger des dattes vertes et des dattes (« attamr ») il dit : « le fils d’Adam a vécu jusqu’à manger ce qui est récent avec ce qui est ancien. »

Sous une autre formulation, il dit: « Mangez ses dattes vertes avec des dattes (« attamr ») car satan s’attriste quand il voit le fils d’Adam manger des dattes vertes et des dattes( « attamr ») il dit « le fils d’Adam a vécu jusqu’à manger ce qui est récent avec ce qui est ancien. »

Certains médecins ont dit que le prophète a ordonné de manger des dattes vertes avec des dattes (« attamr »), mais il n’a pas ordonné de manger des dattes mûres (« Albusr ») avec des dattes (« attamr ») car les dattes vertes sont froides et sèches, et les dattes ( « attamr ») sont chaudes et humides, et chacune d’elle améliore l’autre.

D’un point de vue médical, d’après Ibn AlQayim il ne convient pas de rassembler deux choses chaudes ou deux choses froides .

Les dattes vertes sont utiles à la bouche, aux gencives et l’estomac, mais sont nuisibles aux poumons en raison de leur acidité. Leur digestion dans l’estomac est lente et est peu nourrissante. Ces dattes sont au palmier ce que le raisin aigre est à la vigne; tous deux engendrent flatuosités et renvois, surtout si on boit de l’eau après les avoir consommés . Leur nocivité peut être repoussée par des dattes ou du miel avec du beurre.

Lorsque Abou Othman Ibn Attayhan reçu le prophète, Abu Bakr et Omar, il lui apporta un régime de dattes, on lui dit : « pourquoi ne lui as tu pas choisi des dattes fraîches? » il répondu j’ai voulu que vous choisissiez à la fois des dattes mûres (« busr ») et des dattes fraîches (« rotab »). Ibn AlQayim dit que la datte mûre est chaude et sèche, et sa sécheresse est plus grande que sa chaleur. Elle assèche l’humidité, tanne l’estomac et constipe. La datte mûre est également utile aux gencives et à la bouche, la plus utile est celle qui est tendre et sucrée, mais en consommer trop provoque des occlusions dans les entrailles.

Ibn AlQayim cite les dattes fraîches (« rotab ») lorsqu’il parle des dattes avec lesquelles le prophète rompait son jeûne. Allah dit à Meriem : « tire vers toi le tronc du palmier, des dattes fraîches et mûres tomberont sur toi. Mange, bois et réjouis-toi. »

Abdullah Ibn Jafar rapporte : « J’ai vu le prophète manger des concombres sauvages avec des dattes fraîches. »

D’après Anas : « Le prophète rompait le jeûne par quelques dattes fraîches avant d’accomplir la prière. S’il n’y avait pas de dattes fraîches il prenait des dattes ( « tamr »), s’il n’y en avait pas non plus il buvait quelques gorgées d’eau . » .

La nature des dattes fraîches est celle de l’eau, chaude et humide, à la température du corps.

Ces dattes renforcent l’estomac froid et lui conviennent. Elles sont aphrodisiaques, fertilisent le corps, conviennent aux gens d’humeur froide et sont très nourrissantes. Les dattes fraîches sont parmi les fruits les plus bénéfiques pour le corps. Pour celui qui n’est pas habitué à en manger, leur putréfaction est rapide dans le corps, et elles engendrent un sang non louable.

Trop en consommer engendre des maux de tête, de la bile noire et abîment les dents .

Le fait que le prophète ait rompu son jeûne avec des dattes fraîches, des dattes (« tamr ») ou de l’eau, est une gestion très subtile, car le jeûne vide l’estomac de nourriture, par conséquent le foie n’y trouve rien à en tirer pour envoyer de la force aux organes. Le sucre est ce qui parvient le plus rapidement au foie, c’est ce qu’il préfère, et surtout s’il est humide. Les dattes ont été choisies par leur nature sucrée et nutritive, et si le prophète n’en trouvait pas il buvait de l’eau pour éteindre le feu de l’estomac, et la chaleur du jeûne. Ainsi on se prépare au repas et on mange avec appétit.

Selon Saad Ibn Abi Waqqasle prophète a dit : « Celui qui mange au matin sept dattes «ajwa » ne sera touché en ce jour ni par le poison ni par la sorcellerie . »

Jabir Ibn Abou Saïd rapporte que le prophète a dit : « Les dattes « alajwa » viennent du paradis. Elles sont une guérison contre le poison, et la truffe « Almane », son jus est une guérison contre le mauvais oeil. » On dit que cela est spécifique aux dattes « alajwa » de Médine, et parmi toutes les dattes du Hijaz elles sont les meilleures. Leur variété est noble, succulente, fortifiante pour le corps. Elles sont parmi les dattes les plus douces et délicieuses.