Ibn AlQayim cite dans son livre l’orge et la talbina. La talbina diverge selon les pays. Dans le Hijaz on la préparait en soupe avec du miel et la consistance était un peu « solide », dans d’autres pays on la trouve simplement moulue en soupe.

Aïcha qu’Allah l’agrée rapporte que lorsque quelqu’un de sa famille était souffrant le messager ordonnait de préparer une soupe d’orge. La talbina est efficace pour la tristesse, l’angoisse ou l’anxiété.

Après sa préparation, il était ordonné de la faire boire doucement et était dit: « elle renforce le coeur de la tristesse et nettoie le coeur du malade comme vous nettoyez la saleté de vos visages par l’eau ».

La soupe d’orge bouillie est plus nourrissante que sa farine fine, et si on y ajoute de l’huile d’olive ainsi qu’une petite cuillère de graines de nigelle elle sera efficace pour la toux, l’âcreté de la gorge, pour dissiper l’acidité des excédents. De plus elle est diurétique, et est donc bonne pour les personnes souffrantes de problème urinaire et rénal. De plus, elle évacue ce qui se trouve dans l’estomac, notamment en cas de constipation. Mais encore, la talbina désaltère, ce qui est appréciable durant les périodes de jeûne, elle éteint la chaleur et a une force par laquelle elle évacue, assouplit et décompose.

La préparation de la talbina consiste à prendre un volume d’orge et cinq volumes d’eau, que l’on placera dans une marmite et qu’on fera cuir à feu doux jusqu’à qu’il ne reste que les deux cinquièmes. Ensuite on filtrera ce mélange, et on pourra le sucrer avec du miel ou y ajouter de l’huile d’olive.